Piwik

Philippe Potin, directeur de recherche CNRS à la Station Biologique de Roscoff et coordinateur scientifique d’IDEALG, réunit l’ensemble des 18 partenaires du projet, scientifiques (CNRS, IFREMER, UEB, UBO, UBS, ENSCR, Université de Nantes, INRA, AgroCampus), technique (CEVA) et industriels (C-WEED, Bezhin Rosko, Aleor, France Haliotis, DuPont), dans le but de développer les biotechnologies auprès de la filière des macro-algues.

La génétique. Le projet IDEALG s’intéresse à l’étude génomique et post génomique des algues afin de développer de nouveaux outils et méthodes permettant d’identifier et sélectionner des populations « ressource » locales ayant un intérêt industriel. Ces outils ont  pour objectif d’améliorer les processus de domestication de ces populations pour contribuer au développement biotechnologique de la filière. Un intérêt est aussi porté sur les micro-organismes associés aux algues afin de comprendre les interactions métaboliques entre les algues et les bactéries. L'ensemble de ces connaissances servira au développement de la filière de transformation des algues (dégradation, bioconversion, défenses naturelles…).

La chimie bleue. Les macro-algues sont connues pour leur forte contenance en hydrocolloïdes, de composition chimique très spécifique et marqués par des propriétés physiques très diverses. Toutefois, d’autres composés chimiques à plus forte valeur ajoutée, présents dans les algues, feront l’objet d’études approfondies au cours du projet. Le projet IDEALG se focalise  sur des nouvelles molécules et principes actifs issus des algues afin de faire face à la demande croissante du marché en termes de produits chimiques naturels. Le développement de nouveaux procédés de transformation et synthèse de ces biomolécules, plus respectueuse de l’environnement, est aussi envisagé pour contribuer à la durabilité de cette filière.

La biomasse. L’essentiel de la biomasse d’algues produite en France est prélevé à partir de populations naturelles. Avec l’objectif de développer et diversifier l’utilisation des algues, le projet IDEALG visera aussi à promouvoir les technologies de production d’algues afin d’éviter une trop forte pression de récolte de ces populations naturelles. Une meilleure connaissance de la reproduction et la domestication des algues ainsi que l’utilisation d’outils et procédés biotechnologiques seront nécessaires pour optimiser la production de cette biomasse.

L’environnement et la société. La culture d’espèces indigènes, non-modifiés et non-invasives représente les principaux critères de la feuille de route d’IDEALG. Le projet IDEALG porte un effort important sur l’étude d’impacts de la récolte et de l’algoculture pouvant être générés sur l’environnement  mais aussi sur la société (acceptabilité) et sur l’activité économique des zones littorales. L’enjeu du projet repose sur l’intégration de cette filière à fort potentiel dans un contexte sociétal, économique et environnemental durable.