Piwik

 

La France produit environ 90 000 tonnes de macro-algues fraiches issues de la récolte de populations naturelles (hors importation).  La France est ainsi le deuxième pays producteur à l'échelle Européenne après la Norvège.

80% de la biomasse produite en France est pèchée en mer par une flotille d'une trentaine de bateaux. Les populations d'algues brunes Laminaria digitata et plus récemment Laminaria hyperborea(au total 70 000 tonnes) sont exploitées en Bretagne - Finistère pour l'industrie des alginates. Les algues rouges Gelidium imperial sont péchés au large de Hendaye (environ 1 000 tonnes) pour l'industrie de l'agar.

La récolte à pied sur estran (environ 10 000 tonnes) mobilise environ 300 peronnes, en particulier en période estivale, pour l'industrie des carragenanes ainsi que les secteurs de la cosmétique et de l'alimentaire. Plus récemment, les algues de marées vertes sont récoltés de manière mécanique dans la colonne d'eau et sont valorisées dans le secteur de la santé et nutrition animale.

L’exploitation des algues compte plus de 1600 emplois, avec près de 80 entreprises en production et transformation, pour une valeur estimée à 424 millions d’euros. La majorité de cette filière est installée en Bretagne et plus particulièrement en Finistère Nord. Une étude détaillée sur le poids socio-économique de la filière est en cours au sein d'IDEALG.

  • La récolte de Laminaires sauvages en mer, utilisés pour l’extraction d’hydro-colloïdes, représente environ 60 000 tonnes par an avec un chiffre d’affaire entre 1.7 et 2.7 millions d’euros. Environ 35 licences (bateaux) sont distribuées pour la récolte de ce goémon, et autorisent une activité s’étendant uniquement sur la période estival, de mai à octobre pour Laminaria digitata et pendant l'hiver pour Laminaria hyperborea.
  • Les algues de rives sont essentiellement collectées à la main. Les 12 espèces collectées font aujourd’hui partie des espèces autorisées à la consommation par le ministère de la santé (voir tableau dessous). On estime  que 50 récoltants professionnels et 300 récoltants occasionnels collectent ces algues de rive.
  • La France importe environ 55 000 tonnes d’algues fraiches par an, dont 80% pour le marché des colloïdes et 20% pour le marché de la chimie fine (chiffres 2012 à actualiser).